La Fête peau neuve : un moment de tous les possibles

Occuper, construire, cultiver, consommer, jouer, fêter… autrement !
Samedi 24 et dimanche 25 juin s’est tenu, sur le parc du Belvédère dans le secteur de la porte de Valenciennes, la « Fête peau neuve » : un rassemblement festif et populaire concrétisant une mobilisation autour de la transition écologique, sociale et énergétique lancée dans une période charnière de concertation sur l’avenir du quartier Saint-Sauveur et de la métropole lilloise.

unnamed2

A proximité immédiate d’une des plus grandes friches urbaines de France et sur un espace peu fréquenté, l’évènement a accueilli quatre cent personnes venues le samedi discuter des solutions de transition, d’alternatives concrètes, d’appropriation de l’espace public, de communication et de résistance non-violente et le dimanche se détendre autour d’un banquet, d’une partie de football ou de mölkky.
L’occasion de mettre en lumière le site, d’y insuffler de la vie par une plantation d’arbres symboliques et de l’animer par des temps culturels.unnamed1

Le pari est d’autant plus réussi que la préparation de ce « sommet » citoyen s’est effectuée dans un contexte particulier : en désobéissance car sans l’autorisation, ni aide de la ville, « avec de petites mains » et un budget minimal.

 

La concertation autour du projet Gehl, nom de l’architecte danois chargé de la conception du futur quartier Saint-Sauveur, ainsi que l’annonce arbitraire d’une piscine olympique sur le Belvédère ont marqué les discussions en présence notable de M.Fabrice Veyron-Churlet, directeur général de la SPL Euralille, futur aménageur du quartier, invité pour l’occasion. Certaines attentes ont par ailleurs été formulées notamment celle de l’occupation transitoire du site de la friche.

Autre visite marquante sur le site samedi après-midi : celle du nouveau député de la première circonscription de Lille, Adrien Quatennens, affirmant qu’un tel espace « peut devenir le formidable point de convergence des initiatives, le liant entre les quartiers, le poumon vert de la ville… »

Avec ses 23 hectares, le devenir de la friche constitue ainsi bel et bien un point de convergence de celles et ceux voulant répondre aux exigences citoyennes, aux urgences climatique et sociale, sensibiliser et fédérer des acteurs divers, amorcer, construire et avancer. De nouveaux défis ambitieux sont à relever sans attendre !

unnamed4

unnamed3

unnamed5

unnamed6

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s